Face à une vague de licenciements qui s’annonce dans les cabinets de conseil et les sociétés de services IT, les plateformes de freelances pourraient bien tirer leur épingle du jeu…

Pour les entreprises de services du numérique, et pour les cabinets de conseil, le sujet de l’emploi est actuellement un vrai casse-tête. La crise du COVID a augmenté brutalement le taux d’inactivité des consultants qui y sont salariés, les clients finaux ayant arrêté ou reporté certains projets qu’ils avaient confiés à leurs prestataires. Et un consultant salarié en CDI qui ne travaille plus représentera une charge bien difficile à absorber dès que le chômage partiel, subventionné par l’Etat, va s’arrêter.

Les cabinets de conseil et les sociétés de services traditionnelles doivent gérer en urgence l’inactivité de 20 à 30% de leurs consultants et mettre leur énergie sur des plans de licenciement ou de « restaffing » de leurs effectifs. Elles ne pourront donc plus embaucher le temps d’épurer la coûteuse inactivité de leurs consultants salariés ». Encore trop frileuses, elles préféreront alors la flexibilité des indépendants.

Depuis quelques années, des plateformes de freelances comme Malt, LeHibou… proposent les services de consultants indépendants triés sur le volet à des centaines de clients. Et avec la crise, elles avoir un pouvoir d’attrait encore plus fort pour les consultants en recherche d’emploi, qui tendront à devenir freelances pour retrouver plus facilement une mission.

Leur modèle hybride entre la marketplace 100% digitale et la société de services traditionnelle intéresse de plus en plus les grands comptes du CAC 40. Ces trois plateformes sont devenues le guichet unique des entreprises en recherche de consultants experts.

C’est ce qu’explique Christophe de Becdelievre, le fondateur de la Marketplace LeHibou, créée en janvier 2016 et qui va dépasser les 15 millions de chiffres d’affaire en 2020.

« Nous avons continué à embaucher une dizaine de commerciaux, développeurs, sourceurs RH depuis le 1er mars 2020. Nous voulons être en première ligne quand le business  repartira de façon significative », indique-t-il. La période de confinement a aussi permis à la plateforme d’investir davantage sur les outils digitaux et l’animation de la communauté de freelances. N’ayant pas de consultants salariés à gérer, la société continue d’investir sur son développement.

Référençant déjà plus de 30 000 consultants indépendants spécialisés en Systèmes d’Information et en Transformation Digitale, www.lehibou.com accompagne des clients comme Accor, Crédit Agricole ou Axa au niveau national. Et pour plus de proximité avec ces clients, la société prépare l’ouverture de bureaux à Bordeaux, Toulouse et Nantes en septembre 2020.

Les grands donneurs d’ordres qui ont souffert de la crise du COVID ont conscience qu’ils doivent accélérer encore plus vite leur transformation digitale. Le positionnement des plateformes, qui leur offre une grande flexibilité, répond bien à leurs attentes. Il est probable qu’une partie des consultants, jadis salariés en cabinet, bascule sur un statut d’indépendant, plus flexible et plus ouvert sur le marché de l’emploi. Le sujet de la flexibilité de l’emploi versus la rigidité imposée aux entreprises n’a pas fini de faire couler de l’encre…