Malgré la reprise des bureaux à New York, les employés ne vont pas se bousculer dans la ville. En effet, 90 % des employés de bureau de Manhattan pourront continuer le télétravail dans les mois à venir.

Faits marquants

  • La réouverture des bureaux est incluse dans la phase 2 du plan de déconfinement de la ville de New York. D’après Bill de Blasio, le maire de la ville, il s’agit de la plus importante du plan de déconfinement à 4 phases de la ville. Le maire s’attend donc à une reprise de 300 000 travailleurs cette semaine.
  • Cependant, la majorité des employés des bureaux de New York n’y retourneront pas de sitôt. En effet, selon le Wall Street Journal, les courtiers en immobilier et les propriétaires prévoient un retour de seulement 10 à 20 % des travailleurs cette semaine.
  • De même, de nombreux grands employeurs de la ville, tels que JPMorgan et Twitter (qui a donné à ses employés le choix de basculer vers du télétravail de façon définitive), ne rouvrent pas encore leurs bureaux.
  • De plus, les sociétés qui rouvrent leurs portes ne peuvent travailler qu’à 50 % de leur capacité. Elles sont également tenues de fournir aux travailleurs des masques, en plus de respecter les normes d’hygiène, comme la désinfection des postes de travail et des surfaces partagées.
  • En outre, les travailleurs qui retournent dans les bureaux seront probablement confrontés à de nouvelles normes de sécurité. Celles-ci peuvent inclure des horaires de travail décalés, des couloirs à sens unique, et même des cercles d’1,5 m autour de leur bureau afin de les aider à faire respecter les directives de distanciation sociale.
  • Enfin, cette reprise sera un test majeur pour les employeurs et pour l’infrastructure de la ville, car les fonctionnaires et les employeurs privés doivent trouver un équilibre entre la relance de l’économie et le maintien de la sécurité sanitaire.

 

Par ailleurs, Ciara Lakhani, directrice du personnel de Dashlane, a déclaré au New York Times : « Le retour au bureau ne sera pas normal. En effet, on ne pourra ni se socialiser de la même manière, ni assister aux réunions en personne. Il est donc normal que ne retrouvions aucun sentiment de normalité ».

En outre, l’un des plus grands obstacles au retour à la normale à New York est le réseau de métro de la ville. En effet, Spectrum News a affirmé que la fréquentation du métro était passée d’une moyenne de 5,5 millions d’utilisateurs à 366 000 par jour au pic de la pandémie de Covid-19 en avril. Elle est néanmoins revue à la hausse (environ 950 000 personnes chaque jour de la semaine). De même, pour un métro plus sûr pendant la pandémie, le Wall Street Journal annonce que la Metropolitan Transportation Authority suggère aux responsables des transports l’utilisation de nouvelles méthodes, dont l’utilisation de caméras thermiques pour suivre la température des usagers, ainsi que l’intelligence artificielle (IA) pour savoir combien de personnes portent des masques.

 

Contexte général

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 a considérablement baissé dans la ville de New York, qui était l’épicentre de l’épidémie aux États-Unis. Selon les données du département de la santé de la ville, 81 nouveaux cas ont été signalés le 19 juin, contre 6 374 cas le 6 avril. Cette baisse survient alors que la ville de New York a entamé la phase 1 de son dé-confinement le 8 juin, lors de laquelle les entreprises de construction et de fabrication ont repris leurs activités et les détaillants ont ouvert leurs portes pour la collecte et le dépôt de marchandises sur les trottoirs. En plus de la réouverture des bureaux, la phase 2 comprend également celle des restaurants en terrasse, de quelques magasins, des salons de coiffure, des barbiers, des sociétés immobilières ainsi que des terrains de jeux.